07/01/2021 – Les Fraises sauvages

Les Fraises sauvages (Smultronstället) – Suède – 1957 – 1 h. 31 – NB

Ours d’Or au Festival de Berlin 1958.

Isak Borg, arrivé au terme de sa carrière de médecin, doit se rendre à l’université de Lund pour y recevoir une distinction honorifique. Vieil homme renfermé sur lui-même, il décide de faire le trajet en voiture accompagné de sa belle-fille. Ce voyage lui permettra de revenir sur les lieux importants qui ont marqué sa vie et de croiser sur sa route différents personnages.

Juste après Le Septième Sceau, Bergman interroge à nouveau le sens de la vie mais d’une manière beaucoup plus humaine et moins métaphysique. Son personnage, Isak Borg, ne serait-il pas d’ailleurs un double de lui-même à qui il va jusqu’à donner les mêmes initiales ? Il choisit un autre grand réalisateur pour l’incarner, en la personne de Victor Sjöström. Le film nous emmène dans un road-movie psychologique où chaque personne rencontrée nourrit le voyage intérieur et la conscience d’un homme qui a dévolu toute son existence à son travail au détriment de sa vie sociale et affective.

Ce parcours d’une journée entière alterne, dans une grande fluidité de la forme, avec des séquences de rêves très réussies. Abolissant les frontières entre rêve et réalité, passé et présent, Bergman utilise un langage symbolique. Une vision cinématographique de la mort et du temps qui passe que n’auraient pas reniée par instant les surréalistes. Mais il peut tout aussi bien convoquer un fantastique ironique ou se livrer à une rêverie panthéiste dans la séquence des fraises sauvages. Un film sensible, émouvant et profond.

Philippe Laboual

Réalisation : Ingmar Bergman
Scénario : Ingmar Bergman
Photographie :Gunnar Fischer
Montage : Oscar Rosander
Musique : Erick Nordgren
Décors : Gittan Gustafsson
Production :Allan Ekelund pour Svensk Filmindustri
Interprètes : Victor Sjöström, Bibi Andersson, Ingrid Thulin, Gunnar Björnstrand, Folke Sundquist