17/11/2005 – Paris Texas

2005-06_Paris Texas

PARIS TEXAS – Allemagne, France – 1984 – 2 h. 40

Road movie d’un nouveau genre, Paris Texas suit le parcours d’un homme qui se recompose en rassemblant enfin les parties manquantes de son histoire : son nom, son frère, son fils, sa femme et, à Paris, au Texas, la pensée de ses parents. Travis ne fuit plus son passé; il y retourne, seul comme à la naissance et probablement, comme à sa mort. Entre les deux états ultimes, il y a l’amour, comme une arme à double tranchant, qui réconforte ou assassine. Peu de films expriment avec autant d’intensité la passion dévorante que peut ressentir un être humain pour un autre. L’image large et profonde embrasse un espace à la mesure de cette passion. La musique plaintive s’en fait l’écho et les couleurs saturées donnent la mesure de la charge. Oui, peu de films mettent aussi bien en valeur la force du sentiment devenu obsession. À travers ce sentiment implacable, Wenders développe l’unicité des êtres et de toutes choses. De la photographie de Robby Müller, riche en détails et exaltant l’immensité des déserts et des villes inhumaines, jusqu’aux notes lancinantes ou tristes de la désormais célèbre guitare solo de Ry Cooder, tout nous conforte dans l’idée que nous sommes uniques et irremplaçables, que dans l’univers entier, chacun a sa place essentielle. C’est là le but de la quête de Travis : justifier de sa vie par le simple fait d’aimer.

Un homme en costume de ville marche dans le désert. Parvenu à une pompe à essence, il s’effondre peu après. Muet, on le fouille. Dans ses poches, un numéro de téléphone, celui de son frère que l’on prévient. Surpris d’obtenir de ses nouvelles après quatre années d’absence, Walt vient rechercher Travis. Sur le chemin du retour, qui sépare ce désert proche de la frontière mexicaine de Los Angeles, il essaie de communiquer avec lui, de comprendre son silence. Mais Travis demeure muet, comme choqué mentalement. Pourtant il prononce quand même un mot, Paris, ville du Texas où, continue-t- il, son père et sa mère l’ont conçu. Installé chez Walt et son épouse, Anne, qui ont recueilli Hunter, son fils qui ne se souvient plus guère de ses parents, Travis réapprend à vivre. Il redécouvre son enfant.

Réalisation : Wim Wenders
Scénario : Sam Shepard
Interprètes : Nastassja Kinski, Harry Dean Stanton, Dean Stockwell, Aurore Clément, Hunter Carson,
Soccorro Valdez, Bernhard Wicki