Le Ciné-Club Jean Vigo présente : 

Iconoclastes !

C’est une injure qui prend toute sa place dans la litanie que profère le capitaine Haddock au côté de «moule à gaufres» et de «Bachi-Bouzouk». Mais encore, étymologiquement «briseur d’images et d’icônes», historiquement : secte byzantine du 8e siècle qui condamnait la représentation figurée des personnes divines.

Le dictionnaire nous dit que par extension cela désigne celui qui dans les médias s’attaque à de prétendus tabous ou à des idoles du moment : stars, personnages en vue par ailleurs adulés par ces mêmes médias.

Un iconoclaste est donc un innovateur ou un réformateur radical dans un domaine quelconque qui s’attaque à l’orthodoxie ambiante, aux croyances établies, aux idées reçues. Vous voyez où nous voulons en venir car il y a une grande analogie entre les origines du rituel religieux et le cinéma, surtout dans la phase de domination d’Hollywood.

La star devient l’icône du XXe siècle. Cependant au début de son Histoire, dans sa période muette, le cinéma va connaître une veine iconoclaste échevelée avec les films burlesques où la destruction est reine et dont Soupe au canard est un héritier majeur.

Mais bientôt l’usine à rêves va progressivement se transformer en machine à décerveler pour préserver son propre pouvoir conservateur dans la société. Certains réalisateurs sont donc repartis au combat.

Cette saison du Ciné-club Jean Vigo est consacrée à quelques uns de ces créateurs subversifs indomptables qui ont refusé de se soumettre ou de se démettre. Pour mieux faire passer leurs idées, ils n’ont pas attaqué la forme cinématographique. Au contraire, ils sont souvent de très habiles créateurs d’images splendides et utilisateurs de toutes les formes de trucage et de montage. Car là est le paradoxe, les pourfendeurs d’icônes ont su détourner la belle imagerie aliénante en un efficace coup de pied au derrière.

Henri Talvat

Iconoclastes !

Thème de la Saison 2016-17 proposée par le Ciné-Club Jean Vigo