Le Ciné-Club Jean Vigo présente : 

ODYSSÉE(S)

Avant, il y a Muybridge dont le zoopraxiscope décompose le mouvement ; plus tard un train arrive à La Ciotat ; plus tard encore, Méliès part pour la Lune. Et aujourd’hui, tout cinéphile a vérifié que la marche à pied n’est que la protohistoire du mouvement de caméra. C’est à l’essence même du cinéma, le déplacement, que nous vous convions cette année.

C’est d’abord vers l’ouest que l’on se déplace. Et, qui dit ouest, dit Hollywood. Un western qui n’est pas de John Ford (La Rivière rouge) et un John Ford qui n’est pas un western (Les Raisins de la colère) illustrent respectivement la conquête du territoire et la quête d’un eldorado. Mais les déplacements peuvent aussi concerner le retour. C’est le choix de Minnelli dans Comme un torrent, flamboyant film aux couleurs maîtrisées par le prince du mélodrame. Pourtant, sur la route, on ne bénéficie pas toujours d’un cap et c’est aux aléas de l’errance que sont soumis les personnages de La Strada ou l’Alice de Wim Wenders. Relevant à la fois de ces trois types de déambulation, deux comédies du (re)mariage, réalisées à trente ans de distance (Capra, Donen) montrent que le « voyage à deux » n’est pas toujours une lune de miel. Quant aux pérégrinations présentées dans La Voie lactée, et dont on se demande si elles relèvent du pèlerinage ou du chemin de croix (autres types d’itinéraire), elles composent un film inclassable. Buñuel n’appartient à aucune catégorie. Enfin certain voyage déviera de son cap initial et se terminera dans l’horreur (Brook).

Les voyages intérieurs permettent ou pas la (re)définition de soi-même. Par la mémoire (Mizoguchi), la fuite en avant (Ray), l’aide (?) de tiers (Scorsese, Kaurismäki) on pourra ou pas se connaître soi-même. Ou pire, tout voyage restera impossible (Resnais).

La saison se terminera par un bouquet bien dans la veine de l’artificier Edwards où l’on est bien tenté de dire qu’en fait de déplacement, les protagonistes tournent en rond ! Le film permet de vérifier que, dix ans après être revenue des bras de James Dean, Natalie Wood a conservé la forme. Mot que rien ne vous empêche de mettre au pluriel.

Maurice Roméjon

 

ODYSSÉE(S)

Thème de la Saison 2018-19 proposée par le Ciné-Club Jean Vigo